Fini le salariat, bonjour l'indépendance !
22719
post-template-default,single,single-post,postid-22719,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.7,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Au revoir !

Au revoir !

Il est temps de dire au revoir aux collègues, à la machine à café, aux avantages du CE, à mon salaire fixe qui tombe en fin de mois. 

Fini les 35 heures, les récup, les RTT, les jours de fractionnement et les congés maladie.

Ce 23 juin 2020 marque officiellement le premier jour du reste de ma vie de travailleuse indépendante !

Ce n’était pas mon métier…

Se remotiver sans cesse, faire semblant… jusqu’à ce que cela ne devienne plus supportable.

L’ambiance au travail, la négociation permanente sur ma légitimité en tant que professionnelle, les réunions de service inutiles et chronophages, la rigidité hiérarchique… 

De façon générale, je ne supportais plus cette manière que le monde de l’entreprise avait de m’infantiliser, d’engloutir mes élans dynamiques ou de brider mes idées et ma liberté. 

Ce malaise croissant que je ressentais depuis des années le soir en rentrant chez moi, a fini par rendre ma vie professionnelle vide de sens. La com’, à quoi ça sert dans le fond ?

Face à un sentiment profond d’inutilité et d’absence de valeurs, je me suis posée, remettant en question mes envies et aspirations. Je cherchais vainement un projet ou quelque chose pour me faire vibrer. Mais parfois, ce que l’on cherche est juste sous notre nez…  

Finalement, ce n’était pas mon métier mais la manière dont je l’exerçais. Alors, je me suis lancée, et ça a tout changé !

Recentrage

Désormais je n’ai plus qu’une seule vie : la mienne! Devenue mon propre patron, je peux travailler où je veux, quand je veux, avec qui je veux ! Mes horaires, mes outils de travail, mon organisation : tout cela a redonné du sens à mon activité !

Développer mes projets personnels, mes partenariats, suivre mes envies, me diversifier, boire un café en pleine après-midi avec ma voisine-copine… 

J’ai le luxe d’être plus audacieuse, de pouvoir pousser mes créations jusqu’au bout et de les défendre avec coeur. Je peux travailler quand je me sens inspirée, tôt le matin, au beau milieu de la nuit, ou au bord de la mer.

J’ai pendant si longtemps eu le sentiment d’être coupée d’une partie de moi-même en morcelant mon existence selon les contraintes imposées par mon entreprise. Le temps, c’est ce qu’on a de plus précieux au monde, et le plus grand luxe aujourd’hui, c’est de pouvoir en disposer librement… Invraisemblable tribut à payer ! 

La vie est mouvante, en perpétuelle évolution… Mais le temps de travail en entreprise, lui, ne bouge jamais… 

J’ai conscience de la prise de risque. Renoncer au confort du salariat pour l’instabilité de l’indépendance n’est pas chose facile. Mais la perspective d’exercer à nouveau mon métier avec sens et passion paralyse ma peur. 

J’ai retrouvé ma motivation, et l’envie d’entreprendre. J’ai confiance en la vie, en mes compétences, et je suis sure que ce saut dans l’inconnu est le plus beau cadeau que je pouvais m’offrir… Après ces mois de confinement, la quarantaine s’annonce passionnante ! 

4 Comments
  • Delphine ~ made in Velanne

    23 juin 2020 at 14 h 46 min Répondre

    Je suis contente pour toi Caro, j’espère que cette nouvelle vie t’apporteras ce que tu recherches 😊

  • Florian Garcia

    24 juin 2020 at 15 h 44 min Répondre

    Excellent article Caro ! Et qui donne la pêche à tout le monde !
    Bravo pour ton courage, tu fais plaisir à voir. Et à lire !

Post a Comment

dix-huit + quatre =