Cuba, l'île flamboyante - Caroline henrion EI Cuba, récit de voyage
22494
post-template-default,single,single-post,postid-22494,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.7,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Cuba, l’île flamboyante

Cuba, l’île flamboyante

Célèbre pour son histoire révolutionnaire, ses cigares et ses vieilles décapotables, Cuba est l’île la plus vaste des Caraïbes. Au delà des clichés véhiculés par les médias, je brûlais de découvrir cette île mythique pour l’expérimenter et sentir son atmosphère. Quitter la grisaille lorraine pour cette île aux mille couleurs, quoi de mieux pour une pause hivernale bien méritée ?

Cuba la mystérieuse, Cuba la caliente… Rendez-vous au pays où le temps s’est arrêté, bienvenido a Cuba !

Agitation tropicale

El Nicho

Arrivée à la Havane après 10 heures de vol, il fait chaud, très chaud! Ces 5 mois d’hibernation m’auront presque fait oublier cette sensation très agréable du soleil ardant sur la peau. Je fais connaissance avec mes compagnons de route et nous nous dirigeons immédiatement vers le village de Guajimico, situé à 4 heures de route au sud de l’île. Le trajet se déroule sans encombres et nous prenons nos quartiers dans un petit hôtel face à la mer, qui constituera le camp de base de notre séjour.

Très vite je suis frappée par la nature luxuriante qui charpente l’intérieur de l’île. Je ne m’attendais pas à découvrir tant de verdure et de variété de végétaux. Nous partons en balade à El Nicho, petit paradis au cœur de la Sierra où nous apprenons les vertus curatives des plantes locales entre cascades et piscines naturelles. Magnifique !

Je câline un « Ciebas » (arbre emblème du pays) vieux de 600 ans pour puiser son énergie, et je trempe mes pieds dans l’eau sacrée, sensée apporter l’amour d’un cubain aux jeunes femmes célibataires… Qui ne tente rien n’a rien, mais j’espère au moins qu’un charmant danseur autochtone m’invitera à danser !

Vamos a la playa

Cayo Blanco

Cuba, c’est évidemment les plages paradisiaques, et les eaux turquoises de la mer des Caraïbes ne démentent pas cette promesse. Petite escapade en calèche à la crique Fidel, connue pour avoir accueillie le grand homme d’Etat. Sauvage et vierge de toute autre présence humaine, je me délecte dans ce grand bain privatif qui affiche approximativement les 29°/30°.

Plus tard, nous ferons cap sur Cayo Blanco, un petit îlet de sable blanc situé à une heure de navigation au sud de Trinidad. L’eau y est limpide et nous permet d’explorer la faune et la flore marine facilement : poissons multicolores, mini méduses, corail, j’en prends plein les yeux à travers mon masque de plongée, look dark vador.

La vida es bella

Trinidad

Après ces escapades nature, nous partons à la conquête des villes et de ses habitants. Nous visitons le petit village typique Camilo Cienfuegos, son école, son hôpital et sa bodega (l’épicerie de proximité où est distribué le rationnement). L’occasion de mieux comprendre le mode de vie des cubains, et de réaliser à quel point le temps s’est ici arrêté. Touchée par ces rencontres, je réalise la joie de la simplicité et la solidarité qui manquent cruellement à nos sociétés occidentales.

Nous arrivons enfin à Trinidad, perle du colonialisme espagnol classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une ville en « RVB » qui offre un spectacle de couleurs majestueux, entre les vielles voitures américaines et les façades jaunes, vertes, bleues des maisons. La vie s’éveille à mesure que le soleil se couche et que la chaleur décroit. Le coucher de soleil Plaza Major est spectaculaire, les couleurs se mélangent dans le ciel comme les parfums d’une téquila sunrise. D’ailleurs c’est l’heure de l’apéro… A base de vitamine R comme tous les jours (Rhum Havana Club évidemment!) Je teste le mojito, la pina colada, le cubanito, mais mon préféré restera sans conteste le daïkiri ! So fresh !

Cuba quiero bailar la salsa

La Havane

A Trinidad, comme à la Havane, ça fourmille de musique toute la journée à tous les coins de rues. Dans les bars ou dans la rue, les musiciens jouent la salsa jusqu’à l’épuisement pour le plus grand plaisir des promeneurs. Les jupes et les cheveux des danseuses s’envolent tandis que les danseurs guident la rythmique avec assurance. Tout le monde danse à Cuba ! Sourires aux lèvres, la joie est communicative et même les plus réticents de mes compagnons de voyage se laissent emporter par ces grands bals populaires.

« un dos tres » mes cours de salsa sont un peu loin, mais il me reste suffisamment de bases pour me permettre de m’incruster dans les chorégraphies locales… Seule ou à deux, je me lâche sur ces dance floor improvisés, émerveillée devant la souplesse et la fluidité des cubains.

Finalement, mon bain de pied dans la cascade aura porté ses fruits, les locaux m’auront fait tourner la tête.. sur un air de salsa !

2 Comments
  • Teresita CONTRERAS

    5 mars 2019 at 5 h 44 min Répondre

    Merci Caro! C’est genial ta vu de Mon pays,je suis contente d’avoir etre avec toi et faire partie de ta decouverte!On n’a pas l’heure,On a le temps!!! Plein d bonnes choses
    Teresita

    • caro

      5 mars 2019 at 11 h 24 min Répondre

      Merci ma chère Teresita pour ta bonne humeur, ta générosité et pour tout ce que tu as partagé avec nous! Cuba me manque déjà! je t’embrasse et te dis à Bientôt en France ou à la Havane 😉

Post a Comment

trois × 2 =