un an : retour sur ma première année en tant que freelance
23402
post-template-default,single,single-post,postid-23402,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.7,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Un an de freelancing

Un an de freelancing


Un an ! Il y a des dates clé que l’on oublie jamais. Ce 23 juin 2021, je souffle ma première bougie de freelanceuse. Un an après avoir sauté le pas, l’heure du bilan a sonné. Une année riche en apprentissages et en émotions, ponctuée d’une petite pandémie mondiale pour pimenter le tout… Retour sur cette folle année qui a marqué le grand tournant de ma vie professionnelle et personnelle. 

1 an solo

Se lancer en tant qu’indépendante en pleine crise du covid : bonne ou mauvaise idée ? Même si le « bon moment » n’existe pas, l’énergie de win qui m’habitait aux prémices de cette aventure, a vite été mise à rude épreuve. Certes ma situation n’était pas tellement différente de celle de millions d’autres travailleurs. Le cataclysme mondial lié aux restrictions sanitaires a impacté presque tout le monde. Mais les conséquences de cet évènement n’ont pas franchement favorisées le déploiement de ma petite entreprise.

Fraichement débarquée dans une ville où je ne connaissais pas grand monde, privée de tout rapport social, je n’ai pas pu partir à la rencontre de mon réseau comme je l’aurais souhaité.

Travailler en pyjama sans voir personne pendant 4 ou 5 jours, c’était plutôt sympa au début, mais c’est rapidement devenu pesant ! Pas de collègues avec qui échanger le lundi matin sur ton week end (même si tu n’as absolument rien à raconter : confinement oblige !). Pas d’espaces de coworking ouverts pour demander à tes pairs comment fonctionne le site de l’URSSAF… Bref, l’isolement total ! Le covid a rendu amère la liberté que j’avais tant rêvée en devenant freelance… 

Que Dieu bénisse l’Internet ! 

Quelques mois après mon démarrage en dents de scie, j’ai rejoins le groupe « freelances à Strasbourg » sur les réseaux sociaux. Une véritable bouffée d’oxygène ! 

Créé par une jeune et dynamique graphiste schilikoise, le groupe a pour vocation de créer une communauté d’entraide pour les indépendants. Composé d’une centaine de personnes, aux métiers et parcours différents, les échanges sont riches, bienveillants, et source d’apprentissage pour une freelance novice telle que moi. 

Grâce aux membres de ce groupe, j’ai pu échanger sur mes projets, partager mes doutes, mes joies, mes questionnements, et peu à peu rompre mon isolement. Lorsque les restrictions sanitaires ont été levées, nous avons pu nous retrouver à l’occasion de sessions de travail ou de sorties nature

En me rapprochant de personnes qui vivent la même chose que moi et en m’inspirant de leur expérience, je me suis sentie portée par l’énergie du collectif. J’ai ainsi pu améliorer mes pratiques.

Indépendante oui, mais pas seule ! 

Construire sa propre mécanique de travail

Après 15 ans en équipe dans un service com’, j’étais légèrement rouillée quant à mon organisation de travail personnelle. Il a fallu apprendre à sortir du carcan formaté par le monde de l’entreprise pour mettre en marche une nouvelle dynamique : instaurer mes propres règles, codes et limites. 

J’ai mis du temps à appréhender les différents rythmes et à me familiariser avec mes nouvelles casquettes : graphiste, commerciale, comptable, chef d’entreprise, coach, psychologue… Il faut savoir tout faire ! J’ai découvert le stress du trop de travail, et le stress du pas de travail…. Hé oui, la vie d’indépendante n’est pas un long fleuve tranquille!  Même en anticipant au maximum les périodes hautes et creuses, on ne peut pas prévoir précisément la charge de travail qui nous tombera dessus la semaine suivante. 

Difficile également les premiers temps de séparer mes vies perso et pro… Je me suis surprise à faire quelques insomnies en vacances en ressassant mes projets, au lieu de profiter du temps de déconnexion que je m’étais accordé. Tout se mélange, tout s’imbrique en permanence, mais c’est ce qui me motive et rend stimulant l’activité. 

J’ai vite compris que pour gérer tous ces paramètres au mieux, je devais m’imposer une bonne hygiène de vie. Cadrer un planning hebdomadaire, faire du sport, arrêter de manger sur le pouce à 14h, prendre le temps de boire un café AVANT d’allumer mon ordinateur… J’avoue que sur ce point précis, il me reste encore quelques petits efforts à fournir !

A la conquête des projets

«  Comment faire pour trouver des clients? » Voilà l’ultime question qui habite en permanence les pensées d’une personne qui travaille à son compte. Pour preuve : la toile fourmille d’articles, de vidéos, et de formations « démarchage commercial » destinés aux indépendants. Tout d’abord il faut affirmer son positionnement, et chercher à entrer en contact avec sa cible. Comment ? En renforçant sa visibilité sur les réseaux sociaux… Me voilà donc, arpentant les murs de Linkedin, Facebook, et insta, cherchant désespérément à comprendre comment fonctionnent ces satanées story! 

Le bouche à oreille a commencé à faire son petit bonhomme de chemin. Recommandée par mon réseau de connaissances, j’ai eu la chance de décrocher plusieurs contrats et de travailler sur des projets passionnants : création d’identités visuelles, conception d’une gamme de packaging, création de webdesign etc … 

La récompense est là : quand le client est satisfait du travail rendu, on ressent un sentiment de joie et de fierté indescriptible ! « Tout ça, je l’ai fait toute seule ! » 

Je me suis aperçue rapidement que ce qui me plaisait le plus, c’était l’accompagnement de mes commanditaires, la création de concept et la coordination de projets.

Aider les entreprises à définir leur identité et leur message, les orienter, définir des concepts graphiques, rédactionnels et stratégiques pour mener à bien leur projet de communication… C’est dans cette voie que je souhaite avancer !

Je voudrais également renforcer mes collaborations avec d’autres freelances, spécialisés dans des activités complémentaires à la mienne : SEO, développeurs, illustrateurs, motion designers… J’aimerais créer une petite brigade d’indépendants hyper pointus dans leur domaine et offrir à mes clients des prestations haut de gamme, à la pointe de la technologie et de la créativité. Créer et travailler en équipe tout en gardant mon indépendance : voilà mon vrai moteur !  

Quitter le monde de l’entreprise pour se lancer à son compte permet de se confronter à une réalité plus vaste et de sortir de sa zone de confort. Je n’ai jamais autant appris que cette année : ma curiosité graphique est décuplée, mon oeil s’est aiguisé, mon approche du métier est plus pointue. Le milieu des indépendants grouille de gens plein d’idées, talentueux, aventureux, desquels j’essaie de m’inspirer pour grandir encore. J’ai également énormément appris sur moi-même, en cherchant à me structurer et à gérer mes émotions. Même si la précarité du statut est difficile, et que je dois me remettre en question tous les jours, j’ai l’impression de commencer à faire partie de la grande famille des indépendants et je ne regrette pas un seul instant le choix que j’ai fait il y a maintenant un an.

No Comments

Post a Comment